depuis le 25 Août 2003


mai 2005 < juin 2005> juillet 2005


* Vendredi 24 juin 2005 La nourriture koreène

Je suis resté en Corée seulement deux nuits mais je n’ai jamais savouré avec tant de plaisir la nourriture Coréene. J’ai visité la Corée pour la première fois il y a 32 ans quand ils étaient encore assiégés. Depuis j’ai été dans ce pays plus de dix fois. Chaque visite en Corée a été pour les affaires et j’y suis resté le plus dix jours. De toute façon c’est la première fois quand j’ai vraiment savouré la nourriture Coréene. J’ai essayé me rendre compte pourquoi, parce que la nourriture n’était pas différente, mais sûrement c’est moi qui a changé les préférences culinaires. C’est aussi le fait que pendant les derniers 80 jours j’ai voyagé autour du monde a eu une influence sur ma manière d’apprécier la nourriture Coréene. Commençant avec bibim pab de l’Asiana Airline, j’ai eu un dîner traditionnel Coréen avec le professeur Song au restaurant de son élève ce soir-là, un autre bibim pab à midi le jour suivant, puis un dîner à un restaurant Coréene très select avec le metteur en scène Kann où on a savouré beaucoup sortes de nourriture végétarienne comme je n’avais jamais mangé avant. Puis le professeur Song nous a invité à nouveau à un restaurant qui servit de la nourriture traditionnelle impériale. J’aurais pu vivre avec la nourriture Coréene encore beaucoup de jours si c’était besoin. Comme preuve, aujourd’hui, en route vers Japon j’ai commandé un plat de bibim pab.


Une petite partie de la nourriture traditionnelle impériale

Je me suis rendu compte que la plupart des sortes de nourriture étaient des légumes. Les crabes et les coquilles que j’avais mangés à Shibetsu étaient magnifiques mais si je devais choisir je choisirais une nourriture Coréene aux légumes. Il est probable que j’ai commencé vieillir et c’est pour ça que j’aime plus la nourriture végétarienne et le fait que la tradition Coréene a créé une telle variété de nourriture végétarienne est surprenant et impressionnant. Je considère que plus une culture culinaire d’un pays est développé plus la base de ce pays est développé aussi. Je considère que ma compréhension plus profonde de la nourriture Coréene se traduit en fait par une compréhension profonde du peuple Coréene en général. Ma femme a été captivé par les drames Coréen de la télé ces jours ainsi que à notre télé on visionne que des films Coréens. Voilà pourquoi je ne peux pas m’abstenir et jeter un œil à ces films moi aussi. Peut être je bénéficie d’une influence positive de ce film avec la cuisinière.

Je devrais présenter des images de l’eau avec de divers plats fameux des différents coins du monde et photographier les cristaux maintenant. Le rôti de vache d’Angleterre, le hamburger d’Amérique, les pâtes d’Italie, etc.


Après longtemps, moi, Masaru Emoto, je vais écrire moi-même le journal. Pendant ma tournée des trois jours en Corée j‚ai été accompagné seulement de ma femme. C‚est pour ça que j‚ai du écrire le journal moi-même. (Ma femme ne veut pas le faire à ma place) De toute façon, dès le début de cette année mes voyages d‚affaires sont devenus plus légers. Les engagés d‚IHM viennent toujours avec moi et ils prennent soin de moi. Des fois ils m‚aident comme traducteurs et ils écrivent mes journaux. Il semble qu‚ils aiment m‚accompagner car ils peuvent apprendre beaucoup de choses, ils peuvent rencontrer diverses personnes et aussi visiter beaucoup d‚endroits.

Ce voyage à Séoul a été organisé par professeur Sohn de l‚Université Hanyang, qui est une de plus grands de Corée. Il est un professeur fameux, il a renseigné a beaucoup de gens qui sont maintenant actifs dans la société coréenne comme des acteurs, des hommes d‚affaires de succès, etc. Après avoir lu mes livres il a résonné bien avec eux pour bien les raconter à ses élèves.

On a quitté Sapporo à 10h du matin par avion, par Haneda pour prendre ma femme et on est arrivé en Corée peu après 4h pm. Maintenant avec l‚aéroport de Haneda, je sens que le Japon et la Corée sont plus proches. A l‚aéroport mlle Lim, une des élèves du professeur Sohn est venue nous recevoir.


Mlle Lim et Mr. Emoto

Mlle Lim nous a conduit à un restaurant où le professeur Sohn nous attendait. Je pense que ce restaurant appartient à un de ses élèves parce que le directeur du restaurant est venu à notre table pour nous saluer.


Le directeur du restaurant et Mr. Emoto

On a mangé de la nourriture coréenne, pas de la nourriture pour les touristes japonais, mais de vraie nourriture coréenne. C‚était délicieux, pleine de santé, avec beaucoup de légumes, je l‚ai vraiment savouré avec toutes les cellules de mon corps. J‚ai ressenti une sorte de nostalgie et une émotion profonde et j‚ai pensé que peut être j‚ai été Corée dans une vie antérieure.

Après ce repas copieux le professeur Sohn nous a fait visiter Nanta.

Cette Nanta a été impressionnante et intéressante. Eh bien ; qu‚est-ce que c‚est Nanta. J‚ai cherché sur Internet des informations en ce qui concerne Nanta.

Nanta signifie « battering » (rythme). Il s‚agit d‚un spectacle non verbal qui a lieu dans une cuisine. Sur la scène ils ne parlent pas mais ils font des rythmes captivants avec des outils qui sont utilisés chaque jour dans la cuisine comme des couteaux, des planches en bois, des pots ; des assiettes et des bouteilles d‚eau.

Dès leur première apparition sur la scène en 1997 ils ont été applaudit dans le monde entier. Maintenant c‚est un spectacle fameux dans le monde entier et des gens du Japon, de Chine et d‚Asie de Sud viennent en grands groueps pour voir Nanta.

C‚est émouvant de voir des outils habituels produisant des fois des sons dynamiques et d‚autres fois des sons délicats. Les acteurs ont arrangé la scène dans une manière tout à fait amusante, tout était impressionnant sans paroles (par leurs expressions et leurs actions).

Des fois ils battent de leurs paumes, ils jettent des ballons et le public y participe aussi. Nanta est un spectacle où tu es à la fois spectateur et participant.

Le spectacle est au delà de toute description. Vous devrez le voir vous-mêmes. Je vous recommande chaleureusement d‚aller voir Nanta si vous visitez la ville Séoul.

C‚était une journée pleine, voyageant de Sapporo à Tokyo et puis à Séoul. Mais on a mangé une nourriture délicieuse et on a regardé un spectacle extraordinaire, je peux dire que c‚était une journée superbe.



Le séminaire a eu lieu dans la salle de conférence du professeur Sohn de l’Université Hanyang. La capacité de la salle était de 70 personnes, mais pour ma joie sont venus 100 personnes, même si ce n’était pas beaucoup d’étudiants. (Je pense qu’ils étaient en vacances d’été) il y avait beaucoup de personnes comme les connaissances du professeur Sohn, des managers, des conférenciers, des hommes de sciences et du gouvernent qui avaient une liaison avec l’eau. Les participants ont fait attention à mon discours. Considérant les six questions qu’ils ont posé je crois que mon séminaire a réussi.


La salle

Le professeur Sohn (à droite) qui m’a soutenu beaucoup

Le baniere est super

C’était un séminaire spécial donc je n’avais pas invité Mr. Kong qui est l’homme de base pour l’école des instructeurs Hado en Corée. Mais il est venu avec son fils, cela m’a surpris et contenté beaucoup.


Avec Mr. Kong et son fils

J’ai appris que le problème de l’eau en Corée est devenu très sérieux, surtout à Séoul. Je pense que les gens sont venus à ce séminaire pour trouver des réponses à ce problème. En fait, la population de la ville Séoul a grandit beaucoup dans les derniers dix ans, ils sont maintenant 20 millions. C’est un besoin urgent pour eux d’assurer et protéger l’eau potable journalière et l’eau pour l’industrie.

Après le séminaire une réunion ravissante m’attendait au dîner. Le fameux metteur en scène Mr. Kang Je Gyu qui m’a visité à mon bureau en février nous a invité moi et ma femme à cette réunion. Il semble qu’il a un plan de faire un film au sujet de l’eau. Je suis impatient.


Le metteur en scène Kang (le deuxième à gauche) et quelques engagés.
Derrière ma femme il y a Mr. Mizuno, le disciple qui traduit pour moi en Coréeen



* Lundi 20 juin 2005Le séminaire à Shibetsu

Après avoir écrit le journal du 22 juin et l’avoir envoyé à la personne qui s’en occupe, moi, Masaru Emoto, je me suis rendu compte que j’ai oublié d’écrire a propos du séminaire de Shibetsu, donc je vais l’écrire maintenant en retard. Je demande mes excuses aux personnes de Shibetsu. Shibetsu, d’où, de l’autre coté du bord, on peut voir l’île Kunashiri. Il est une ville avec une population de 6500 personnes. Les gens de Shibetsu gagnent leur existence principalement de l’agriculture et pêche. C’est bien connu le fait qu’ils attrapent le meilleur saumon de Japon. Depuis 6 ans, dans cette ville on organise un évènement appelé « Mizu Kirari », dont l’encouragement est « Valez l’eau ». Mr. Yoshida et Mr. Suzuki qui sont membres de cette commission m’ont invité à cet évènement.


De l’autre coté de la rive se trouve l’Île Kunashiri

C’est la première fois que je visite cette ville. J’ai senti que l’île Kunashiri est très proche.

Dans nos jours, les problèmes territoriaux et ceux de Takeshima donnent naissances aux conflits. Il y a des choses que tu apprends seulement si tu te trouve dans cet endroit. Donc on ne devrait pas parler de ces problèmes sans bien réfléchir au dessus. En ce qui me concerne j’ai été invité en qualité d’homme de culture japonais en Korea, Chine et Russie et je dois faire attention aux déclarations que je fais. Je serai en Korea pendant trois jours et je quitterai le Japon après demain. Je dois me former une opinion en ce qui concerne Takeshima pour le cas ou on me le demande.

Le soir 120 personnes attentives sont venues à mon séminaire. A la réunion d’après le séminaire j’ai savouré de délicieux fruits de mer, comme les crabes (qui sont ma nourriture préférée), dont j’ai eu plus que je pouvais manger avec les officiels de la ville. J’ai réalisé que la nourriture japonaise est la plus bonne du monde. J’aimerais visiter une fois par an cette ville si possible.


Le dernier jour du premier cours pour les instructeurs Hado d’Amérique. La conférence soutenue par Mr. Kizu de IHM « Comment réaliser et utiliser des photos avec cristaux a commencé à 8h30. Il a offert des explications en ce qui concerne approximativement 500 photos de cristaux qui seront offertes aux participants à la cérémonie de la fin. Puis il a parlé de comment elles doivent être réalisées et comment soutenir une conférence en utilisant ces photos. Il a suivi « La beauté du design des cristaux et du design de la vie » soutenue par Hirotsugu Hazaka, le président de IHM. Il disait que chacun est un designer qui construit sa vie comme il se l’imagine. Il a fait référence au pouvoir des mots. Ils ont présentés les poésies de Misuzu Kaneko et Kenji Miyazawa « La nuit de la chemin de fer de la Voie Lactée ». Miyazawa dit que une personne ne peut être heureux si les autres ne sont pas heureux aussi. Il a parlé aussi du copyright et du droit d’utiliser les photos avec des cristaux.


Le président Hazaka

Après le repas de midi Mr. Emoto a soutenu la conférence « Le monde de l’amour et de la reconnaissance ». Il a parle après des effets des ondes électromagnétiques sur le corps humain, les effets des prières adressées à l’eau, puis il y a eu la session Q&A ( des réponses et questions).

J’ai compris qu’il ne faut pas avoir peur des ondes électromagnétiques parce que l’amour et la reconnaissance nous améliorent l’immunité comme on peut voir dans les photos des cristaux d’eau. Mr. Emoto a insisté sur le fait que le manque d’amour et de reconnaissance affaiblit l’immunité ce qui mène vers des actes de violence et de crimes. Il a suggéré d’entraîner les plus possible des instructeurs Hado pour apporter ainsi la paix dans le monde.


Mr. Emoto


Les participants du cours pour les instructeurs Hado

Pendant la session Q&A, il a répondu aux questions comme par exemple :

Vous étudiez l’eau du monde entier. Qu’est-ce que c’est la bonne eau ? Comment et où on peut apprendre utiliser les instruments Hado ? On peut photographier l’eau exposée à l’impression de notre propre visage ? Combien de grand un cristal de l’eau est ?

Puis il a mentionné le fait que seulement 3 % de notre cerveau et de l’ADN sont utilisés et qu’on peut développer l’habilité de grandir cette capacité pour réaliser la paix dans le monde. Il a parlé aussi de son plant de distribuer gratuitement 650 millions d’exemplaires avec des livres des photos des cristaux de l’eau aux enfants du monde entier pour leur développer leur capacité des êtres humains comme il a spécifié à la conférence à ONU.


Mr. Emoto parlant de son plan


Photos de groupe

Après la conférence, Mr. Emoto a offert à chaque participant un certificat de graduation, des cd contenant des enregistrements des certains conférence de Mr ; Emoto, des photos avec des cristaux de l’eau, etc., les trois livres de la série « Les messages de l’eau », un insigne avec l’inscription IHM, ils ont reçu aussi l’eau Hado réalisé à la base des informations du visage de chacun.






La remise des certificats de graduation

Pendant cérémonie de la fin Hiromata Emoto a soutenu un discours en anglais. Mme. Kazuko a dit aux participants « Quand vous rentrez chez vous, s’il vous plaît, répandez ce message aux gens qui vous entourent. Comme ça petit à petit vous apprendrez comment repandre ce message dans le monde entier. Quand on se reverra j’espère que votre visage brillera plus qu’aujourd’hui. »


Hiromasa Emoto


Mme. Kazuko Emoto

Puis le président Hazaka a dit « On va vous tenir au courant avec les nouvelles informations. On va consolider le nombre des engagés pour avoir la possibilité de vous soutenir plus efficace. »

Le premier cours pour les instructeurs Hado d’Amérique a fini avec la remise des certificats pour des instructeurs Hado. Dans la salle des uns pleuraient, des autres prenaient des photos, des autres s’embrassaient en exprimant leur reconnaissance.

Le soir au restaurant japonais on a revu avec mr. Emoto les cours pour les instructeurs Hado, contents par la bonne nourriture japonaise et le saké.

IHM Hiromi Kubota


Le cours pour les instructeurs Hado du deuxième jour a commencé à 8h du matin, avant l‚heure programmé. La chambre avec les draperies tirées s‚est remplie d‚une fumée parfumée de petits bâtons parfumés. Mr. Sotesu Matsumura, un nain bouddhiste enseignait le Zen solennellement. Les participants sont entrés en contact avec la culture japonaise Zen. Après, ils sont allés dans la salle principale pour les conférences. Mr. Matsumura a soutenu une conférence ayant comme thème la culture japonaise Zen, la raison de notre existence, les pratiques bouddhistes, qu‚est-ce que c‚est l‚illumination, et d‚autres. J‚ai été très impressionnée par le film qui parlait de Ajari Genshin Fujiwara, la pratique Sennichi- Kaiho, une des plus difficile pratiques bouddhistes.


En pratiquant le Zen


Mr. Sotetsu Matsumura


Mr. et Mme. Emoto écoutant la conférence

La conférence suivante a eu comme thème « La nouvelle science de l‚eau ; L‚eau et Hado » soutenue par Mr. Yasuyuki Nemoto d‚IHM. Il a parlé de chimie et biologie dans le contexte de l‚eau. Il a expliqué aussi le principe de l‚homéopathie. Il a décrit l‚eau comme ambiance pour le monde visible et invisible. Après le repas de midi, Mr. Shoji Sato du temple Heitate de Kumamoto, du Japon a soutenu une conférence avec le titre « La mentalité du vieux Shinto » Elle a dit que en fait la culture japonaise est basée sur le vieux Shinto, dont unique but est d‚apprécier et accepter tout.

Le temple Heitate a quelque chose de mystérieux. Des gens du monde entier viennent ici pour le festival de 23 août, et après ils prient pour le bonheur des hommes et pour la paix dans le monde. Ca réveille de profondes émotions spirituelles, accumulées au long des siècles. Il s‚agit de Hado qui touche nos âmes. Tous les groupes ethniques devraient s‚apprécier les uns les autres pour apporter paix dans le monde, a dit Mr. Haruki du temple Heitate.

Mr. Sato a décrit Mr. Emoto comme l‚homme qui a tiré l‚attention des gens vers le temple Heitate il y a cinq ans.


Mr. Shoji Sato soutenant un discours

La dernière conférence du deuxième jour a été sur „Hado Design" soutenu par Mr. Emoto. Il a illustré le fait que les formations des cristaux sont le design de la vibration, montrant des photos avec de cristaux qui ont été exposées à la cascade Niagara, des fleures de cerisiers, des cycles de récoltes et du drapeau étoilé.

Il a présenté aussi des photos des cristaux exposées aux certains mots et il a montré le fait que les paroles sont vibration et l‚origine de tous les processus de la vie. Pendant cette conférence il a souligné plusieurs fois l‚importance de l‚amour de soi.


Mr. Emoto soutenant la conférence

Après la conférence on a participé à une cérémonie du thé, la s˛ur et la mère de Mr. Matsumura et Jaime, la femme de Hiromasa Emoto de Hado Publishing USA, ont servi du thé japonais à tous les participants.


La cérémonie du thé


La femme et la mère de Matsumura et Jaime


Mr. Emoto pendant qu‚il boit du thé japonais

A la réunion du repas du soir les participants et les engagés ont choisi les places à la table par tirage au sort. Ils ont changé des impressions sur les conférences .Des uns ont parlé de l‚univers profond de Hado, des autres ont fait des remarques en ce qui concerne la partie mystérieuse de Hado. La réunion a continué après l‚heure programmée et elle a fini vers 23h30.


La réunion du repas du soir


Mr. et Mme. Emoto à la réunion

IHM Hiromi Kubota


La première école pour instructeurs Hado s’est ouverte aujourd’hui, en Amérique à Holiday Inn Torrance. Quelques participants sont venus de loin, du Canada, Hawaï, New York. Ils sont resté à l’hôtel la nuit passée ; l’école a commencé à 13h 20.


La salle de Holiday Inn Torrance

Le bureau de réception s’est ouvert à 12h 30. On a fait des photos instantanées de face, à chaque participant qu’ils ont signé. On a fait ça pour mesurer leur Hado à l’aide des photos et pour préparer de l’eau Hado spécifique pour chacun. Ils vont la recevoir dans leur dernier jour de l’école. Le nombre des participants, ceux que se sont inscrit aujourd’hui inclus, est de 25. Au début, le président d’IHM Hazaka et le vice-président de la maison d’édition Hado Publishing USA, Hiromasa Emoto ont soutenu le discours d’ouverture. Puis les conférenciers, les traducteurs et les autres engagés ont été présentés. Après, Mr. Emoto a fait son apparition sur la scène et il a appelé chacun tour à tour au microphone. Chaque participant s’est présenté et a parlé des raisons qui le pousse suivre ce cours.


Hiromasa Emoto soutenant le discours d’ouverture


La présentation des engagés

Pendant la première leçon Mr. Emoto a expliqué comment on peut mesurer Hado utilisant l’appareil MRA, l’analyseur avec résonance magnétique. Puis on a expérimenté de manière pratique des expériences avec le diapason pour sentir la résonance. Tous ont été intéressés par la réalisation de ces expérimentations et contents d’avoir la possibilité de comprendre ce que c’est la résonance.


Mr. Emoto manipulant MRA


Des expérimentes avec le diapason

A mesure que la première leçon s’écoulait les participants avaient la possibilité de voir le film vidéo réalisé par IBM « Le pouvoir des dix ». Il a commencé une scène avec un homme couché sur le sol et puis graduellement l’objectif s’est éloigné réalisant un rapport du niveau cosmique. Et le revers ; l’appareil de tournage s’est focalisé sur cet homme dans l’intérieur de son corps au niveau des particules élémentaires. Etait mis en évidence le fait que l’être humain est un microcosme. Il semblait que tous les participants, ceux qui avaient été aux conférences de Mr. Emoto avant inclus, ont été contents de ce programme qui utilise des appareils et technologies qui peut aider les gens a apprendre effectivement. Après la conférence Mr. Emoto a fait des photos avec chacun participant pour attacher cette photo au certificat de la fin des études de ce cours.

Après le repas du soir Mr. Otake nous a fourni des considérations générales sur les instruments Hado. Il a expliqué les principes et les mécanismes de fonctionnement et leur possibilité d’être appliqués dans de multiples domaines. Plus tard, il a montré comment les utiliser entouré par les participants qui lui ont posé des question jusqu’à tard dans la nuit.

IHM Hiromi Kubota


La tournée internationale de Mr. Emoto a fini hier à San Diego. Demain, il y aura l’ouverture de l’école pour des instructeurs Hado à Holiday Inn Torrance, LA. On est parti directement de la réunion en voiture à San Diego et on y est arrivé en deux heures. Là, on a rencontré Mr. Yamaguchi de NY, Mr. Sato de Heitate Shrine de Kumamoto, Japon et la traductrice, mme. Furuya qui avait été dans de courtes vacances à Miami. De IHM Tokyo, Mr. Hazaka, Mr. Otake, Mr. Nemoto et Mr. Kizu sont arrivés.

Ils faisaient tous des préparations, ils arrangeaient les bagages avec lequels ils étaient venus de Japon et ils inspectaient l’endroit. Il y a eu une réunion où ils ont discuté la manière dont ils devraient soutenir ces conférences pour que tous les participants apprennent le plus possible et volontiers. Beaucoup d’idées sont venues de Mr. Emoto et des engagés. Ils ont modifié le programme ou le texte ou autre chose pour améliorer tout ce qui était à améliorer. Hiromasa Emoto de la maison d’édition Hado USA et les engagés de IHM du Japon ont travaillé ensemble pour faire de cette école un succès. J’ai entendu le son du clavier des ordinateurs de la chambre des engagés jusqu’à minuit.


La réunion

Hiromi Kubota IHM



Le matin on s’est préparé pour le proche commencement de l’école pour des instructeurs Hado au bureau de la maison d’édition Hado USA, qui se trouve près de l’aéroport de Los Angeles. Le bureau était plein de’engagés qui travailleront dans cette école. Tenant compte des plans que Mr. Emoto a en Amérique on a décidé de louer un autre bureau au même étage pour avoir la possibilité d’engager plus d’hommes. Mr. et Mme. Emoto sont venus aujourd’hui voir le nouveau bureau. Après on a rencontré Mr. Matsumura et on est parti à San Diego, le dernier objectif de cette tournée international des conférences.

Après deux heures en voiture on est arrivé à San Diego pour rencontrer la traductrice, la mère de Tomoko Miura, qui nous attendait à l’hôtel Hilton avec des cadeaux pour nous. La conférence d’aujourd’hui a eu lieu à « l’Eglise d’Aujourd’hui », présentée par Learning Annex, une organisation qui soutient des cours pour la santé, spiritualité et autres…

Avant la conférence on a organisé une réunion avec des invités et une reprise des autographes. Quand il a signé les livres Mr. Emoto a écrit le nom de chacun près de sa signature. La conférence a commencé et Mr. Matsumura, habillé dans ses vêtements bouddhiste s’est assis près de Mr ; Emoto. Présenté par Mr. Emoto, il est monté sur la scène pour prouver l’importance de l’eau pour les êtres humains. Parlant de l’un de ces disciples qui avait réalisé une des plus difficiles pratiques bouddhiste, il a explique que l’eau est essentielle pour l’être humain.

La session des autographes

La dernière conférence de cette tournée

Mr. Matsumura sur la scène

Des ovations debout

L’organisateur nous a donné les questionnaires avant, on les a triés pendant une pause et Mr. Emoto a répondu devant tout le monde. La conférence a fini avec des ovations debout de la part de tous les 700 participants. Après Mr. Emoto a signé les livres pour ceux qui attendaient à la queue. On a quitté la salle vers 23 heures.

Mr. et Mme. Emoto et la femme de Hiromasa, Jaime

Hiromasa aidant son père à signer ses livres

C’était déjà plus de 23 heures quand on est rentré à l’hôtel et on a eu une petite réunion pour fêter la fin de la tournée des conférences. On a eu la joie de manger la nourriture préparée par la mère de la traductrice Miura.

Hiromi Kubota IHM


* Mardi, 7 juin 2005De Miami à LA

On est parti de Miami à LA aujourd’hui. Le voyage a duré 5 heures et demi. Le continent Nord-américain est très grand. En plus, la différence de fuseaux horaires de trois heures m’a donné un état d’agitation. L’école pour les instructeurs Hado commence le 10 juin pour la première fois en Amérique. A l’aéroport on a rencontré Sotetsu Matsumura, un moine bouddhistes et avec Hiromasa Emoto.


Le port aux yachts près de l’hôtel à Miami

On s’est reposé un peu dans la chambre de l’hôtel de Mr. Matsumura. Dans sa chambre il y avait beaucoup des livres japonais qu’il avait apporté du Japon. Il étudiait beaucoup. Il parlait de la manière dont les américains devraient apprendre le bouddhisme et illumination et comment les laisser expérimenter la culture japonaise surtout Wabi et Sabi. Il travaillait beaucoup pour l’école des instructeurs Hado.

Pendant le repas du soir Mr. Matsumura nous a partagé les idées de ce que l’Amérique fera des maintenant.

Hiromi Kubota IHM


Le lendemain à Miami, le soleil de Floride a fait son apparition d’au delà des nuages et la tempête est partie. Aujourd’hui on a soutenu un séminaire de 6 heures. Pendant le petit déjeuner Mr. Emoto nous a dit le programme pour aujourd’hui qu’il avait communiqué hier soir aux deux traducteurs et à Kazuko qui s’occupe du projecteur. Après le petit déjeuner on est allé dans la salle pour tout préparer pour le séminaire.

Le séminaire a commencé à 10 heures. A mesure que la leçon s’étalait certains participants ont commencé poser des questions. Ils étaient curieux comme des enfants. Mr. Emoto leurs a dit « Il y a un temps spécial attribué aux questions. Permettez moi de vous parler d’abord, s’il vous plaît ! » La plupart des participants étaient des femmes et beaucoup parmi elles étaient des soigneuses. J’ai remarqué aussi un garçon châtain qui écoutait attentivement. Il m’a laissé une forte impression sans être capable vous dire la raison.


Des gens curieux posant des questions

Pendant le repas de midi le garçon est venu avec sa mère pour poser des questions à Mr. Emoto. Souriant, Mr. Emoto lui a dit « Tu as raison ! » Le garçon avait 7 ans et il était américain- colombien. La deuxième partie du séminaire a été plus facile à comprendre par des petits enfants comme lui, mais ce n’est que sa mère qui a participé à cette deuxième partie.

Le nombre des personnes hispanique grandit dans cette période en Amérique. Il y a beaucoup de programmes de télévision en espagnol. Beaucoup de gens d’Amérique centrale et du sud ont étés acceptés surtout à Miami. On a été filmé aujourd’hui par deux des plus grandes télévisions hispaniques. Pendant la pause de midi par Univision et après le séminaire par Telemundo. Heureusement, Mr. Emoto n’a pas donné les interviews en même temps pour les deux télévisions ; j’ai appris de mme Furuya qu’elles étaient rivales.

On a pris le repas du soir au restaurent italien qui appartenait a l’hôtel. Le ciel n’avait pas encore noirci après 19 heures. Kazuko a suggéré faire disparaître quelques nuages. Après, croyez moi, les nuages ont disparu vraiment dans quelques minutes. On a été surpris. Moi, Kubota et mme Miyazawa on a l’occasion d’entendre souvent les plans et les rêves de Mr. Emoto. Nous sommes son équipe.


Jennifer qui habite à Miami a dit que sa famille a été guérie par Hado.


L’interview pour Telemondo

Hiromi Kubota IHM


On est parti de l’aéroport Guardia vers Miami tôt le matin. En route, le capitaine nous a annoncé le détournement de l’avion à cause d’une pluie torrentielle. L’avion s’est secoué un peu pendant le passage dans un nuage, mais heureusement on a bien atterri. J’ai été un peu déçue car j’aurais aimé voir le ciel bleu de Floride, mais quand on est arrivé le soleil a fait son apparition d’au delà des nuages.

A l’aéroport on a rencontré Kimiko Miyazawa. Elle a dit à Mr. Emoto: „L’organizateur a programmé le séminaire pour le matin. J’ai contacté Hiromasa a LA et on a remplacé le programme du soir avec votre séminaire.” Il a été un peu surpris mais il a décidé d’offrir des autocollants avec Benjamin Franklin à chaque participant comme un cadeau de bonne foi. En fait on avait fait des soucies en ce qui concerne le programme parce qu’on n’a pas eu la possibilité de contacter l’organisateur.

La salle était à l’hôtel Marriot Miami Biscayne Bay. Le discours d’aujourd’hui était programmé pour la Conférence des Prophètes au bord du film „What the bleep do we know”. Le temps accordé pour le discours a été diminué à cause du changement brusque du programme. J’ai réarrangé le contenu, les images et tout le reste au temps.


Dl. Emoto avec un groupe d’image représentant le Tsunami

Des ovations debout

Dl. Emoto pendant une interview pour un reporter Radio ayant comme traductrice Kimiko Miyazawa

Après la conférence, Mr. Emoto a été assaillit par de gens qui avaient formé une grande rangée pour recevoir des autographes. On le savait et on avait déjà fait un plan comment les diriger dans l’endroit choisit pour les autographes pour faciliter cette opération. Même s’il y avait une grande rangée, on a réussi à éviter un éventuel problème qui pouvait apparaître. Pour signer les livres, Mr. Emoto et Mmle Furuya ont travaillé ensemble dans une parfaite harmonie. Mle Miyazawa était occupée leurs expliquer la signification des mots japonais qui étaient sur l’estampille qu’on mettait sur les livres: „ Ai Kansha” qui signifie „Amour et reconnaissance”. Après plus d’une heure des autographes, Mr. Emoto a offert une interview radio.

Après avoir fini le programme pour aujourd’hui on a été attrapé par une tempête.

Hiromi Kubota IHM


Ce matin on s’est réveillé tôt à nouveau, pas pour aller dans la ville suivante mais pour prendre le petit déjeuner avec des éditeurs et des vendeurs des livres. Il y a eu quatre invités dont Mr. Emoto a parlé le dernier.

A 6.30 heures on a commencé la préparation de la rencontre, qui devait commencer à 7.45 heures. Moi et Kazuko, on est arrivé plus tôt, Mr. Emoto était programmé pour arriver à 7.30 heures. Mais il est arrivé à 7.45 heures, un peu nerveux. Il disait qu’il s’était égaré, il a essayé de demander a quelques personnes comment y arriver mais ils ne comprenaient pas son anglais. Il était donc désorienté et nerveux. Il n’a rien mangé à ce petit déjeuner. J’avais commencer m’inquiéter pour son discours.


Le rencontre au petit déjeuner

A la fin j’ai réalisé que je ne devais pas m’inquiéter. Il était un maître en discours ; il a fait une blague aussi en ce qui concerne la situation de ce matin. « J’ai commencé étudier la langue anglais de 1 ans jusqu’à 22 ans pour devenir professeur d’anglais. J’ai visité l’Amérique plusieurs fois et depuis j’ai eu beaucoup d’occasions de parler la langue anglaise jusqu’à 40 ans. Malgré tout ça, je ne peux pas encore parler la langue anglaise.

Le discours a duré 20 minutes (si on considère ma traduction aussi, c’était en fait que 10 minutes), des uns ont dit que le discours a été excellent parce qu’il a été bien élaboré et Mr. Emoto a parlé directement aux éditeurs et vendeurs des livres. J’ai aimé traduire ses blagues. J’ai presque éclaté de rire avant de traduire certaines blagues. Tenir un discours rend Mr. Emoto heureux, même si avant il était nerveux. ; Si tu as réussi l’énerver, il faudra ramasser quelques personne et lui demander soutenir un discours.

Après le petit déjeuner on est allé avec un taxi participer à la Convention du Livre de New York. La salle était pleine. Il y avait placées des tables pour que les auteurs des livres donnent des autographes et distribuent des livres gratuitement aux gens qui étaient là. Près de Mr. Emoto, Cynthia de Beyond Words a exposé enthousiasmée les mérites des livres de Mr. Emoto à chaque personne. Le zèle des gens comme Cynthia ont fait du livre de Mr. Emoto un best-seller du New York Times. Je vous remercie à tous les engagés de Beyond Words.


L’espace aménagé pour signer des livres


L’espace de la maison d’édition Beyond Words
Les livres de Mr. Emoto indiqués par les flèches « New York Times Best-sellers »

IHM Ayano Furuya


Après San Valley, on est venu à Austin, Texas, dans le sud, qui était très différent de Sun Valley, pour soutenir une conférence à l’Institut National Omega. Mr. Emoto a soutenu une conférence à Omega à New York, il y a deux semaines et je l’avais déjà entendu parler.

Mr. Et Mme. Emoto m’ont dit que l’Institut est au milieu de la nature et que leur dotation est très simple, qu’il n’y avait même pas la possibilité de te connecter à l’internet. J’ai été apeurée « comment me débrouiller sans Internet pendant deux jours ? »

Quand on est arrivé à Omega à Austin j’ai appris que, malgré tout ça, Le Carrefour, était comme une station avec des facilités modernes. Elle était placée sur une montagne avec une superbe vue à un lac. Dans la chambre, même s’il n’y avait pas de télévision, elle était comme une chambre d’un hôtel de première classe. Omega de Austin à comme base différents concepts par rapport à celle de New York.

J’ai été ému quand j’ai été invitée dans la chambre de Mr. Et Mme. Emoto. Puis on a entendu frapper à la porte. Voilà que William Arntz, le metteur en scène du film « What the bleep do we know ». Six mois étaient passés depuis je l’ai vu la dernière fois au festival L’Eau pour la Vie, à Tokyo l’année passée. Moi et lui, avons été invités à la conférence au sujet du film « What the bleep do we know ».

On a rencontré aussi un ancien ami, Mr. Paton, pour la première fois après le festival L’Eau pour la Vie d’année passé.


Mr. Emoto rencontrant Mr. Arntz et Mr. Paton

Ils se sont sentis bien en parlant des Nations Unis ou de leurs rêves. J’ai traduit le discours de Mr. Arntz au festival l’Eau pour la Vie et c’était ma première fois comme traductrice. (J’avais été engagée à IHM juste avant le festival.) A ce temps-là je ne m’imaginais pas que je voyagerai en Amérique et que je vais traduire les conférences de deux heures de Mr. Emoto devant 500 personnes. Dans une certaine façon c’est Mr. Arntz qui m’a donné l’occasion d’être traductrice. J’ai été ravie de rencontrer Mr. Arntz et Mr. Paton comme d’anciens amis.

1er juin était un triple anniversaire ; Le père de Mr. Emoto est né dans ce jour il y a 98 ans, puis les parents de Mr. Emoto se sont mariés il y a 70 ans ce jour-là. Le livre « Les messages de l’eau » a été publié il y a 6 ans. C’était un jour très spécial, mais je n’ai pas réussi traduire bien certains fragments que je n’avais jamais entendu avant. J’ai beaucoup regretté cela.

L’Institut Omega de Austin a comme aménagements des sources thermales. Ici on peut bénéficier de Watsu, un traitement avec de l’eau, similaire à l’acupuncture. Une praticienne Watsu, Judy, a proposé à Mr. Emoto d’expérimenter Watsu, comme expert en l’eau. Il a refusé, en lui remerciant, disant « Un homme mystérieux doit rester mystérieux. S’il expose son corps nu, le mystère s’en va. Mais moi j’ai bénéficié de Watsu à sa place.


La piscine avec les eaux minérales


La piscine pour Watsu

C’est la première fois que j’ai fait un tel traitement et j’ai été émue quand j’ai vu des gens en peignoirs blancs, comme à la télé. Ayant un peignoir en dessus de mon maillot de bain, on m’a apportée à une piscine d’approximativement 5 mètres diamètre. L’eau n’était ni froide ni chaude, très proche de la température du corps. Au pieds on m’a attaché une sorte de tube et le praticien Watsu a appuyé mon corps pour m’aider flotter sur mon dos. Puis le massage a commencé. Les extensions et les mouvements courants m’ont fait oublier vite où j’étais, me sentant comme dans le ventre de ma mère. Ca a duré 50 minutes, mais c’était si plaisant que j’ai senti que je pourrais expérimenter Watsu des heures. Merci beaucoup Judy.

Le soir la deuxième version du film « What the bleep do we know » a été présentée pour la première fois. Il était quand même en cours d’édition et il n’était pas encore complet. Mais c’était une bonne occasion pour le metteur en scène Mr. Arntz, de voir la réaction du public. La deuxième version a comme base la même histoire, mais on a changé les scènes de l’interview, au but d’être plus scientifique et moins spirituel. Il a essayé de répondre aux plus des questions possible, qui sont apparues après la présentation de la première version.

Dans cette version Mr. Emoto fait son apparition dans une des scènes qui est révélatrice pour les cristaux de l’eau. Mais on n’a pas été content d’elle. On savait que le film était en cours d’édition, mais cette scène durait que 30 secondes ; C’était trop court pour transmettre la philosophie de Mr. Emoto. En plus, seulement cette scène était dans la langue japonaise avec sous-titre anglais. Il semblait se détacher du contexte du film. Des uns ont dit que ce serait mieux si Mr. Emoto n’apparaît pas dans la scène, pour rester mystérieux. On s’est proposé de lancer cette deuxième version en décembre cette année. Il sera amélioré avant d’être présenté. J’en suis impatiente.


Vue de la chambre de Mr. Emoto

A l’Institut Omega de Austin tout a été extraordinaire, Mr. et Mme. Emoto contents, ils ont dit que ce serai super pouvoir soutenir encore une autre fois une conférence ici.

IHM Ayano Furuya




le haut de la page

premiére page


::::::::::Copyright(c)2003 Masaru Emoto All Rights Reserved::::::::::